Socio-Economie

Prévision des faillites d'entreprises et Modélisation de la chaîne du risque de crédit

Yangzhengxuan wang

Nationality Chinese

Year of selection 2008

Institution University of Exeter

Country United Kingdom

Risk Socio-Economie

Ph.D

3 years

120000 €

Des arbres qui cachent la forêt : pour une vision systémique

Yangzhengxuan (Monica) Wang a une mission. La plupart des études sur le risque de crédit ignorent le risque systémique, or Y. Wang juge cette approche irréaliste, voire dangereuse : « La crise des subprimes en est la preuve parfaite. L’analyse classique a abouti à des notations de crédit incorrectes avec des conséquences négatives sur les prêteurs hypothécaires, les grandes banques, puis le marché mondial des capitaux ! »
Le postulat de la chercheuse est que le risque de crédit peut être déterminé plus précisément si l’on observe le système dans son ensemble. Pour modéliser quantitativement la chaîne du risque de crédit reliant tous les acteurs du système, elle a sélectionné une série optimale de moteurs de défaut d’entreprises pour évaluer 12 modèles de défaut et perfectionner les prévisions de deux modèles à paramètres aléatoires : fragilité et logit mixte.
Sa solide connaissance des mathématiques financières a joué un rôle clé dans ses travaux. « Mes compétences en matière de modélisation mathématique ont nettement fait avancer ce projet, qui inclut 12 modèles quantitatifs et cinq méthodes d’évaluation des modèles », assure-t-elle. « Ma formation mathématique est le pivot de mon travail : je saisis mieux les recherches précédentes et j’ai envie d’améliorer la prévision du risque de défaut. »
Les travaux de Y. Wang sont utiles à un large éventail d’acteurs du secteur financier et de la société en général. « Les résultats du projet pourraient aider les régulateurs et les décideurs à mieux évaluer la stabilité financière, les créanciers et les banques à pousser leurs bénéfices, les auditeurs à déterminer plus précisément la santé des entreprises, les investisseurs à limiter leurs pertes de portefeuille et les actionnaires à optimiser leurs rendements. Le risque de défaut menace nos sociétés ; concevoir de meilleurs modes d’évaluation profite donc à tous. »
Mes recherches sont concentrées sur l’analyse des facteurs qui mènent au risque de défaillance. Ces facteurs incluent des informations sur les entreprises, mais aussi des indices macroéconomiques. La deuxième partie du projet vise à expliquer et cerner la série de défaillance et le risque de défaillance corrélé grâce à des modèles aléatoires élaborés. Les facteurs non observés sont testés et la série de défaillances est découpée en paramètres relatifs aux entreprises, à la macroéconomie et au calendrier. La dernière partie de l’étude se concentre sur l’évaluation de la capacité de prévision de divers modèles, et indique le meilleur modèle prévisionnel pour des applications postérieures.

Biographie
Je suis actuellement doctorante en finance à la School of Business and Economics de l’université d’Exeter. J’obtiens d’abord un diplôme en mathématiques appliquées à l’université de Finance et d’économie de Shanghai en 2007. C’est à cette époque que je remporte plusieurs prix dans des compétitions nationales et internationales de modélisation mathématique, qui aiguisent mon vif intérêt pour la recherche et la modélisation. À l’été 2008, je décroche un master en mathématiques financières avec mention, après un stage auprès de la société China Galaxy Securities en 2007.

Recherches

Mes travaux portent sur la gestion du risque de crédit. Ils sont dirigés par Richard D. F. Harris, un expert à la pointe de la gestion du risque et de l’économétrie financière. L’objectif de ce projet est de découvrir une meilleure façon de mesurer et d’évaluer le risque de crédit pour l’ensemble du système financier. Nous élaborerons notamment un modèle quantitatif pour traduire la chaîne du risque de crédit reliant toutes les parties prenantes du système.

Financement AXA

C’est mon directeur, Richard D. F. Harris, qui m’a parlé pour la première fois de la bourse AXA. Quand j’ai reçu la merveilleuse nouvelle que j’allais bénéficier de cette aide, je me suis sentie absolument extatique et privilégiée. Je peux affirmer que ce soutien fera bonne impression sur mon CV. Je suis une étudiante internationale, et AXA partage mes frais de subsistance, ce qui m’aide énormément pour améliorer mon travail. Du reste, la générosité du programme philanthropique d’AXA me marquera à vie, et je voudrais faire de mon mieux pour aider autrui à l’avenir.

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com