Le Fonds AXA pour la Recherche a alloué 1,25M€ pour faire avancer la recherche et éclairer la prise de décisions publiques et privées concernant les impacts des contaminants sur la santé et l’environnement.

Télécharger le communique de presse

Télécharger

Les produits chimiques nocifs constituent une menace pour la santé publique et environnementale et l’économie. Les coûts sanitaires de l’exposition aux produits chimiques perturbateurs endocriniens sont estimés à 163 milliards d’euros par an rien qu’en Europe,[1] tandis que l’exposition humaine aux produits chimiques environnementaux évitables représente 10 % du PIB mondial en coûts de santé.[2] Le contact avec certains produits chimiques peut causer des problèmes de santé irréversibles tels que cancer hormonal, troubles du métabolisme comme l’obésité et le diabète, ou encore troubles du comportement. En plus des coûts directs pour la santé, l’exposition à long terme à des substances nocives affecte l’économie en réduisant la productivité du travail ; par exemple, en 2060, on estime à 3,75 milliards le nombre de jours de travail perdus en raison de la pollution atmosphérique au niveau mondial.[3] En outre, le manque d’informations sur les effets de divers contaminants limite la capacité des décideurs à adopter des réglementations adéquates dans ce domaine. Pour résoudre ces problèmes, la recherche scientifique sur les sources et les mécanismes d’exposition aux substances dangereuses, ainsi que sur leurs conséquences sur la santé, est essentielle.

L’appel à projets sur les substances nocives lancé en 2021 par le Fonds AXA pour la Recherche vise à développer une solide compréhension multidisciplinaire des effets des contaminants sur la santé humaine et environnementale, dans le but d’éclairer les stratégies industrielles et de gestion des risques et de permettre la conception de politiques publiques dans ce domaine. Le Fonds est ravi de révéler les dix nouveaux scientifiques dont les recherches aborderont notamment la question des contaminants dans les textiles, les énergies renouvelables et les produits agrochimiques, et exploreront les effets des microplastiques et des émissions de mercure.

« Le programme postdoctoral sur les substances nocives soutient la mission du Fonds AXA pour la Recherche d’accélérer la recherche de haut niveau sur le risque. L’identification des contaminants émergents et l’évaluation de leurs impacts aideront à développer des stratégies privées et publiques appropriées pour protéger la santé publique et environnementale », déclare Marie Bogataj, directrice du Fonds AXA pour la Recherche AXA et de la Prospective Groupe.

Les nouveaux boursiers rejoignent une communauté scientifique de près de 700 chercheurs soutenus par AXA qui travaillent à améliorer la compréhension et la gestion des grands risques sociétaux.

*La Dre Hélène Angot s'est retirée du programme de bourses et ne poursuivra pas son projet de recherche AXA à Grenoble - INP.

Mai 2022

Mise à jour en juin 2022

Sources:

[1] Perturbateurs endocriniens : des preuves scientifiques à la protection de la santé humaine. Groupe de réflexion du Parlement européen, 2019

[2] Grandjean, P., Bellanger, M. Calcul de la charge de morbidité associée aux expositions chimiques dans l’environnement : application de l’information toxicologique dans l’estimation économique de la santé. Environ Health 16, 123 (2017).

[3] OCDE. FAITS SAILLANTS DE LA POLITIQUE Les conséquences économiques de la pollution de l’air extérieur. Avril 2016