Santé

Comprendre les impacts des chocs environnementaux, sociaux et politiques sur l’utilisation des services de santé dans les pays à revenu faible ou intermédiaire

Karen grepin

Nationality Canadian

Year of selection 2016

Institution Wilfrid Laurier University

Country Canada

Risk Santé

AXA Awards

3 years

250000 €

Quel est le dénominateur commun entre une panne d’électricité en Inde et une attaque terroriste au Pakistan ? Ces deux événements influent sur la décision des populations de faire appel ou non aux services de santé. Les systèmes de santé du monde entier sont sous la menace de chocs multiples et variés, dont certains se révèlent inédits et d’une ampleur sans précédent. Ces risques peuvent être engendrés par des forces externes, comme l’émergence de nouvelles maladies infectieuses et les catastrophes naturelles, mais aussi par des facteurs résultant des activités humaines, comme la politique, les conflits ou les migrations. L’impact de ces événements est susceptible de toucher de manière disproportionnée certains segments de la population, bien que les connaissances sur la répartition socio-économique du fardeau de ces chocs sur les individus soient limitées. L’équipe du Professeur Karen A. Grépin, une spécialiste des systèmes de santé dans les pays émergents, cherche à mieux comprendre comment ces risques affectent le fonctionnement des systèmes de santé dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, mais aussi comment les individus et les systèmes de santé peuvent absorber ces chocs.

« Un grand nombre de choses peuvent avoir un effet sur l’utilisation des services de santé », explique le Professeur Karen Grépin. « Nous pensons rarement à des chocs autres que ceux directement liés à la santé. Les tremblements de terre ont, par exemple, mis en évidence la fragilité des systèmes de santé dans les pays émergents. D’autres facteurs peuvent également révéler leur vulnérabilité. » « Je m’intéresse particulièrement à l’endroit où les femmes choisissent d’accoucher quand un choc survient », poursuit le Professeur Grépin. « Par exemple, les craintes suite à une attaque terroriste ou les désagréments d’une panne de courant peuvent empêcher les femmes sur le point d’accoucher de demander de l’aide. J’examine les mutations qui s’annoncent, les éléments pouvant affecter les soins de santé de quelque manière que ce soit et les raisons pour lesquelles les personnes choisissent ou non de faire appel aux systèmes de santé. » Le but du Professeur Grépin est d’appréhender la réalité des systèmes de santé. Sa démarche s’appuie sur l’étude des facteurs socio-économiques et politiques qui n’ont jusque-là jamais été analysés, malgré leur impact probable sur les systèmes de santé.

Une approche innovante de l’étude des facteurs non liés à la santé sur les systèmes de santé

Même si le Professeur Karen-Ann Grépin est une économiste, l’approche adoptée pour ses recherches est profondément interdisciplinaire. Son étude combinera des enquêtes démographiques et sanitaires de différents pays à revenu faible ou intermédiaire – la disponibilité des données ayant une influence sur le choix de ces pays – avec des bases de données qui ne sont généralement pas axées sur la santé telles que celles utilisées en sciences politiques et autres sciences sociales. Il s’agit, par exemple, de bases de données recensant des conflits récents et les résultats d’élections. « Le Pakistan constituera une étude de cas intéressante, vu l’importante quantité de données sur les activités terroristes et l’accès aux soins de santé », observe le Professeur Grépin. En termes de méthode, cette étude reposera sur des approches nouvelles et de plus en plus utilisées, telles que les procédures d’évaluation de l’impact spatial.

En étudiant les impacts des facteurs non liés à la santé sur les systèmes de santé, qui sont des éléments déterminants pour les problèmes de santé dans les pays émergents, le Professeur Karen A. Grépin a déjà contribué à une meilleure compréhension des systèmes de santé dans ces pays. S’appuyant sur ses précédents travaux, son étude actuelle présente un énorme intérêt en termes de recherche transformationnelle. Son objectif ultime est de fournir aux gouvernements et aux organisations internationales des informations essentielles sur la manière de mieux se préparer à affronter les chocs futurs et à atténuer leurs effets sur la santé et le bien-être des individus.